POURQUOI PRESCRIRE
DE L’ACTIVITÉ PHYSIQUE EN CAS DE CANCER


Depuis le milieu des années 2000, de nombreuses études scientifiques ont démontré qu’une activité physique, suffisamment intense, régulière et encadrée par des professionnels formés, a un impact bénéfique réel pour les personnes atteintes de cancer et ce, aussi bien pendant la phase de la maladie, qu’après les traitements ou en prévention tertiaire.


AVANT LES TRAITEMENTS, (*)

L’activité physique joue un rôle dans :

  • La préparation du corps à une meilleure tolérance des traitements
  • La diminution de la durée d’hospitalisation
  • La limitation des complications post-opératoires

PENDANT LES TRAITEMENTS, (*)

L’activité physique joue un rôle dans :

  • La réduction de la fatigue
  • L’amélioration de la qualité de vie (morale et physique)
  • La diminution des effets secondaires et de la toxicité des traitements
    (notamment grâce au maintient de la condition physique et de la masse musculaire)

APRÈS LES TRAITEMENTS, (*)

Des études prospectives sur les trois principaux cancers (les cancers du sein, du côlon et de la prostate) montrent qu’une activité physique pratiquée régulièrement après le diagnostic :

  • Diminue le risque de récidive d’environ 50% et de mortalité globale et spécifique d’environ 35%
  • Continue de lutter contre la fatigue
  • Facilite un retour à la vie sociale, familiale et/ou professionnelle

(*) Kenfield SA, et al. Smoking and prostate cancer sur vival and recurrence. JAMA 2011;305:2548-55) (Abbay 2013)
Lynch BM, et al. Physical activity and breast cancer prevention. Recent Results Cancer Res. 2011;186:13-42
Pedersen BK. The diseasome of physical inactivity and the role of my okines in muscle-fat cross talk. J Physiol 2009;587:5559-68